L'ORCHESTRE DE CHAMBRE I MUSICI DE MONTRÉAL

I Musici vise à offrir, concert après concert, une expérience musicale unique en misant sur la passion, la rigueur et surtout, l’audace et l’innovation.

La petite histoire…

Lorsqu’il arrive au Canada en 1977, le violoncelliste et chef d’orchestre Yuli Turovsky (1939-2013) apporte avec lui, en plus des 50 $ qu’il a en poche, un bagage musical incroyable et le rêve de mettre sur pied un orchestre de chambre. Son ambition et sa passion font de ce rêve un accomplissement lorsqu’il fonde I Musici de Montréal en 1983. Près de 35 ans plus tard, la magie se poursuit, sur la scène montréalaise comme ailleurs au pays, grâce à 15 musiciens au talent exceptionnel et à la direction artistique visionnaire du chef Jean-Marie Zeitouni.

MANDAT ET MISSION

L’Orchestre de chambre I Musici de Montréal est un organisme sans but lucratif, constitué en vertu de la partie III de la loi sur les compagnies du Québec. Fondé en 1983 par le violoncelliste et chef d’orchestre Yuli Turovsky, qui en fut le chef attitré jusqu’en mai 2011, l’Orchestre est formé de 15 musiciens, dont le vaste répertoire s’étend de la musique baroque à la musique contemporaine. Il a pour mission principale de favoriser et stimuler la connaissance, le développement, le rayonnement, la composition et l’exécution de la musique, en particulier de la musique de chambre.

Historique

1983
Un orchestre, composé des élèves de Yuli et d’Eleonora Turovsky, enregistre les Concerti grossi, opus 6, de Handel, pour la Société Radio-Canada.

1984
Premier concert à la Salle Redpath de la Faculté de musique de l’Université McGill.
I Musici de Montréal signe un contrat d’enregistrement exclusif avec la maison britannique Chandos.
Première tournée américaine.

1986
Première tournée de concerts dans les différents arrondissements de Montréal.

1987
I Musici de Montréal reçoit le prix Ensemble de l’année par le Conseil canadien de la musique.

1988
Parution de l’enregistrement de la Symphonie no 14 de Dmitri Chostakovitch. Ce disque vaudra à l’ensemble montréalais un Diapason d’or, décerné par le prestigieux mensuel Diapason.

1990
L’Orchestre de chambre I Musici de Montréal devient un orchestre permanent, engageant ses musiciens sur une base annuelle. / Première tournée en Asie.

1992
I Musici reçoit une Rosette du Penguin Guide to Compact Discs and Cassettes pour son enregistrement des Concerti grossi, opus 6 de Handel. Ce disque est toujours considéré comme un enregistrement de référence. / Première tournée européenne. / Participation au prestigieux Mostly Mozart Festival de New York.

1993
Afin de se consacrer à la direction artistique d’I Musici, Yuli Turovsky quitte le Trio Borodine dont il était, depuis 1977, l’un des membres fondateurs. Premier concert de la série Concerts Ogilvy, présenté à la Salle Tudor du célèbre magasin.

1994
I Musici de Montréal est le premier orchestre canadien à jouer en Chine et au Vietnam, lors d’une tournée asiatique qui l’amène dans huit pays.

1995
Yuli Turovsky est nommé directeur artistique du Centre d’Arts Orford et I Musici de Montréal en devient l’orchestre en résidence.

1996
FÉLIX Album classique de l’année, orchestre ou grand ensemble, album Ginestera / Villa-Lobos / Evangelista.

1997
Juno Awards de la Canadian Academy of Recordings and Sciences, Meilleur album classique, grand ensemble ou soliste avec grand ensemble, pour l’album Ginestera / Villa-Lobos / Evangelista.

RETOUR EN HAUT ∧

1998
Célébrations du 15e anniversaire de fondation. Création de Coups d’archets du compositeur canadien Denis Gougeon, œuvre commandée pour cette occasion.

Le Conseil québécois de la musique décerne à l’orchestre deux Prix Opus Événement discographique de l’année et Meilleur enregistrement, musique contemporaine pour le disque regroupant des œuvres de Gorecki, de Pärt et de Schnittke.

I Musici de Montréal reçoit le Grand Prix du Conseil des arts de Montréal pour sa contribution exceptionnelle au rayonnement de la musique sur le territoire de la CUM.

2002
Participation aux Soirées de Luxembourg, sous le haut patronage de S. A. R. la Grande Duchesse Maria Theresa. Concert radiodiffusé grâce à la collaboration de l’Union Européenne de Radio Télévision.

2003
I Musici de Montréal célèbre son 20e anniversaire à la Salle Pollack de la Faculté de musique de l’Université McGill. Radiodiffusion en direct sur les ondes de la Chaîne culturelle de Radio-Canada. Radio Canada International diffuse également le concert par satellite partout sur la planète.

Le quarantième disque de l’Orchestre, The Modern Cello, reçoit un Prix Opus Disque de l’année, catégorie musique classique, romantique et moderne, par le Conseil québécois de la musique.

2004
Prix Opus spécial Rayonnement à l’étranger, par le Conseil québécois de la musique. / Participation au célèbre Festival Casal de Puerto Rico. / Concert au Festival International de Jazz de Montréal en compagnie d’Egberto Guismonti.

2005
Parution du 1er disque pour le label canadien Analekta, Violonchello Espagnol, avec Yuli Turovsky au violoncelle et à la direction. / Première mondiale du film d’animation réalisé à partir des toiles « Tableaux d’une Exposition » de Natasha Turovsky, inspirée de l’œuvre musicale de Moussorgski. / Grand reportage sur I Musici de Montréal et ses enregistrements, réalisé par le prestigieux mensuel britannique The Strad, novembre 2005.

2008
I Musici célèbre ses 25 ans avec une saison exceptionnelle.

2011
Retrait du bien-aimé fondateur et directeur artistique, Yuli Turovsky pour des raisons de santé. / Nomination de Jean-Marie Zeitouni à titre de chef principal et directeur artistique désigné.

2013
Jean-Marie Zeitouni dévoile la 30e saison d’I Musici. Cette programmation anniversaire est construite autour d’œuvres qui ont marqué le parcours de l’orchestre et qui honorent l’esprit du fondateur, Yuli Turovsky.

2014
I Musici clôt sa saison 2013-2014 par un concert célébrant son 30e anniversaire à Maison Symphonique de Montréal. Pour l’occasion, Denis Gougeon compose Ballade, Op.30.
« I Musici de Montréal n’ont pas fêté leur 30e anniversaire à la bougie, mais au lance-flammes ! » — Christophe Huss, Le Devoir, mai 2014

RETOUR EN HAUT ∧

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager