Sophie Cadieux | Crédit : Kelly Jacob

I MUSICI ET
LES VIOLONS DU ROY

26 mai 2022, 19h30
28 mai 2022, 19h30

sous la direction de
Jean-François Rivest
 
avec
Sophie Cadieux, comédienne
 
± 70 minutes
sans entracte

Un grand nombre de cordes permet d’interpréter des œuvres qui seraient impossible à jouer en temps normal.  C’est certainement le cas de la Nuit transfigurée, un des morceaux les plus poétiques et romantiques du répertoire.  Basé sur un très beau poème de Dehmel qui sera lu par la superbe Sophie Cadieux, il raconte l’histoire d’une relation amoureuse qui transforme les âmes, de l’angoisse et l’obscurité jusqu’à la paix et la lumière.  Cette collaboration sert aussi bien les Concerti grossi de Corelli, car on sait que ce dernier bénéficiait d’un très gros orchestre.  Vous les entendrez dans toute leur splendeur avec les forces conjuguées de notre orchestre et des Violons du Roy, complétés par un riche continuo de clavecins, orgue, guitares et archiluths.  La compositrice montréalaise Stacey Brown a gentiment accepté de composer pour cet événement une œuvre encore inouïe que nous créerons ce soir-là.

—    Jean-François Rivest

Jeudi 26 mai 2022, 19h30

Montréal – À la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau

Réservez

Samedi 28 mai 2022, 19h30

Québec – À l’église Saint-Dominique

Réservez

Économisez encore plus

Découvrez nos tarifs spéciaux et nos abonnements à la carte

En savoir plus

Sophie Cadieux | Crédit : Kelly Jacob

Sophie Cadieux
Actrice

Biographie

Dès sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2001, Sophie Cadieux est une artiste au pluriel qui trace son propre chemin dans l’espace théâtral montréalais, en alignant plus d’une trentaine de titres comme interprète. Elle est également auteure, metteure en scène, animatrice et conseillère artistique sur différents projets. 

Au fil des saisons, on a pu apprécier l’étendue de son talent dans plusieurs téléséries québécoises, et plus particulièrement dans la série Rumeurs, où elle s’est fait connaitre du grand public grâce à son interprétation touchante de la colorée Clara. Elle fut également en nominations pour son interprétation dans diverses séries, telle Les Lavigueur La vraie histoire, ainsi que dans la série jeunesse Watatatow, pour un rôle qui lui a valu une nomination dans un premier temps et un prix Gémeaux l’année suivante. De 2017 à 2020, on a eu le plaisir de la voir à la barre de la série Lâcher prise, rôle pour lequel elle a raflé trois prix d’interprétation en 2017, 2018 et 2020 au Gala des Gémeaux. De plus, c’est en juin 2018 qu’elle a été nommée pour la Nymphe d’Or dans la catégorie « Meilleure actrice » du Festival de la télévision de Monte-Carlo, Monaco, toujours pour Lâcher prise. On a aussi pu la voir au petit écran dans la série Bête Noire réalisée par Sophie Deraspe. Elle a aussi fait son entrée à L’Échappée pour notre plus grand bonheur au début de l’été 2021.

Au cinéma, elle a entre autres fait partie de la distribution des films La vallée des larmes de Maryanne Zéhil, Funkytown de Daniel Roby, Tromper le silence de Julie Hivon, Jaloux de Patrick Demers, Les Rois mongols de Luc Picard, ainsi que Quelqu’un d’extraordinaire, un court métrage de Monia Chokri.

Elle est également cofondatrice et codirectrice artistique du Théâtre de la Banquette arrière, une troupe d’interprètes dont la démarche donne naissance à des créations contemporaines et à une écriture d’acteurs où se côtoient ludisme.

D’ailleurs, la feuille de route de Sophie sur les planches est costaude. Dans les dernières années, elle s’illustre particulièrement dans 4.48 Psychose de Florent Siaud, dans La Vie Utile de Marie Brassard, dans Les Larmes amères de Petra von Kant de Félix-Antoine Boutin et tout dernièrement dans Disparu.e.s pièce mise en scène par René Richard Cyr. 

Excellente improvisatrice, c’est en début de carrière que Sophie Cadieux est le récipiendaire du Trophée Pierre Curzi- Recrue de l’année, remis par la Ligue Nationale d’improvisation (LNI), ligue qui fait partie des premières années de son exploration. Depuis deux ans déjà, elle exerce ses talents en improvisation dans la sitcom Rue King. Elle fut nommée, d’ailleurs, au Gala Artis 2021, dans la catégorie « Meilleur premier rôle féminin dans une comédie » pour ce sitcom! 

Violons du Roy | Crédit : Marc Giguère

Les Violons du Roy
Orchestre de chambre

Biographie

Le nom des Violons du Roy s’inspire du célèbre orchestre à cordes de la cour des rois de France. Réuni en 1984 à l’instigation du chef fondateur Bernard Labadie et maintenant sous la direction musicale de Jonathan Cohen, cet ensemble regroupe au minimum une quinzaine de musiciens qui se consacrent au répertoire pour orchestre de chambre en favorisant une approche stylistique la plus juste possible pour chaque époque. Bien que Les Violons du Roy jouent sur instruments modernes, leur fréquentation des répertoires baroque et classique est fortement influencée par les mouvements contemporains de renouveau dans l’interprétation de la musique des XVIIe et XVIIIe siècles, pour laquelle les musiciens utilisent des copies d’archets d’époque. Les Violons du Roy explorent également et de façon régulière le répertoire des XIXe et XXe siècles.

Au cœur de l’activité musicale de Québec depuis leurs débuts, Les Violons du Roy ont établi leur résidence au Palais Montcalm en 2007. Depuis 1997, l’ensemble s’inscrit également dans l’offre culturelle de la ville de Montréal. Ils sont connus à travers le monde grâce à leurs nombreux concerts et enregistrements diffusés sur medici.tv, Radio-Canada, CBC et NPR, et à leur présence régulière dans les festivals. Ils ont donné plusieurs dizaines de concerts en Allemagne, en Angleterre, en Autriche, en Belgique, au Brésil, au Canada, en Chine, en Colombie, en Corée du Sud, en Équateur, en Espagne, aux États-Unis, en France, en Israël, au Maroc, au Mexique, en Norvège, aux Pays-Bas, en Slovénie et en Suisse, entre autres en compagnie des solistes de renommée internationale Magdalena Kožená, David Daniels, Vivica Genaux, Alexandre Tharaud, Ian Bostridge, Emmanuel Pahud, Stephanie Blythe, Marc-André Hamelin, Philippe Jaroussky, Anthony Marwood, Isabelle Faust, Julia Lezhneva et Anthony Roth Costanzo. Ils ont été invités à deux reprises au Concertgebouw d’Amsterdam et se sont également produits à la Philharmonie de Berlin ainsi qu’à Londres, Bruxelles et Paris. 

Depuis leur première visite à Washington en 1995, l’itinéraire des Violons du Roy aux États-Unis s’est grandement enrichi de nombreuses et régulières escales à New York, Chicago et Los Angeles. Ils se sont produits dix fois au Carnegie Hall de New York, dont cinq avec La Chapelle de Québec dans le Messie, l’Oratorio de Noël et la Passion selon saint Jean sous la direction de Bernard Labadie. Le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles les a reçus trois fois dont une avec La Chapelle de Québec dans le Messie également sous la direction de Bernard Labadie. Les Violons du Roy sont représentés par les agences Opus 3 Artists et Askonas Holt.

La discographie des Violons du Roy compte trente-six titres dont l’excellence a été soulignée à maintes reprises par la critique. Douze disques sont parus sous étiquette Dorian dont le Requiem de Mozart avec La Chapelle de Québec (Juno 2002) et Apollo e Dafne de Handel avec Karina Gauvin (Juno 2000). Depuis 2004, l’association des Violons du Roy avec la maison québécoise ATMA a conduit à la sortie d’une douzaine de disques dont Water Music (Félix 2008) et Piazzolla (Juno 2006). Sous les étiquettes Erato, Naïve, Hyperion, Analekta et Decca Gold, Les Violons du Roy ont enregistré avec, entre autres, les solistes Vivica Genaux, Truls Mork, Marie-Nicole Lemieux, Alexandre Tharaud, Marc-André Hamelin, Valérie Milot, Anthony Roth Costanzo (nomination aux Grammy 2019) et Charles Richard-Hamelin (nomination aux Juno 2020).

Programme

Corelli

Concerti grossi op 6 (extraits)

Stacey Brown

Oeuvre inédite

Schoenberg

La nuit transfigurée

Julie Triquet joue sur un violon Giuseppe Odoardi 1726, généreusement prêté par M. David B. Sela.
Amélie Benoit Bastien joue sur un violon Nicolas Vuillaume 1850 et avec un un archet Sartory, généreusement prêté par CANIMEX.
Annie Guénette joue sur un violon Josef Gagliano 1768 et avec un archet Lamy, généreusement prêté par CANIMEX.
Tim Halliday joue sur le violoncelle Kolia (2014) de Mira Gruszow et Gideon Baumblatt, généreusement prêté par M. David B. Sela.
Marieve Bock joue sur le violoncelle Maucotel Paris 1849 mis à sa disposition à titre gracieux par CANIMEX.