Caroline Monnet | Crédit : Ulysse del Drago

PREMIÈRES NATIONS : carte blanche à Caroline Monnet

Événement hors-série: Une partie des fonds amassés lors de cette soirée seront remis à l’Institution Kiuna 

20 octobre 2022
19h00

Réservez

Présenté par

sous la direction de
Jean-François Rivest

avec
Caroline Monnet, artiste visuelle et cinéaste
Julie Triquet, violon

± 75 minutes
sans entracte

Artiste visuelle très prisée, cinéaste de renom, personnalité sensible, chaleureuse, et riche d’une imagination vibrante, femme tributaire de la confluence des héritages européens (France) et autochtones (Anichinabé), Caroline Monnet incarne véritablement la modernité de la culture humaine. Munie de la liberté que nous lui avons offerte par cette carte blanche et grâce à ses choix d’œuvres musicales ou d’extraits de ses propres films, l’artiste nous brosse un paysage sonore et poétique fascinant dont les balises sont résolument ancrées dans la tradition autochtone (la nature, les saisons). Tout au long de cette soirée, guidés par Caroline Monnet, vous entendrez des œuvres de Britten, Brahms, Chostakovitch, Walker, Pärt et Ligeti, mais également une création de Raven Chacon, compositeur Navajo, récipiendaire du prix Pulitzer (2022) et premier lauréat issu des Premiers Peuples de ce prix prestigieux.

—    Jean-François Rivest


Jeudi 20 octobre 2022
19h00

À la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau

Réservez

Billets en distanciation disponibles au 514 987-6919


Caroline Monnet | Crédit : Ulysse del Drago

Caroline Monnet
Artiste visuelle et cinéaste

Biographie

Née d’une mère anishinaabe et d’un père français, Caroline Monnet vit et travaille à Montréal.  Après des études en Sociologie et Communications à l’Université d’Ottawa et à l’Université de Grenade en Espagne, elle poursuit une carrière en arts visuels et cinéma. Son travail est régulièrement présenté à l’international et se retrouve également dans de prestigieuses collections muséales. Sa pratique est souvent minimaliste tout en étant émotionnellement chargée. Monnet s’est fait connaître pour son travail avec des matériaux industriels, alliant le vocabulaire des cultures visuelles populaires et traditionnelles aux tropes de l’abstraction moderniste pour créer des formes hybrides uniques. Elle est représentée par la galerie Blouin Division. 

Julie Triquet | Crédit: Laurence Leclerc

Julie Triquet
Violon solo

Biographie

Dès l’âge de trois ans, Julie s’initie à l’étude du violon, sous la direction du professeur Claude Létourneau, puis elle poursuit son apprentissage au Conservatoire de musique de Québec. Plus tard dans son cheminement, elle bénéficie de trois bourses annuelles de perfectionnement du Conseil des Arts du Canada qui lui permettent d’accéder au prestigieux Institut Curtis de Philadelphie aux États-Unis. Elle y travaille sous la direction des maîtres David Cerone et Aaron Rosand. Durant ses études à Philadelphie, elle se voit décerner le très convoité prix Sylva-Gelber du Conseil des Arts du Canada. En 1982, Julie gagne le premier prix du concours de l’Orchestre Symphonique de Montréal. Cet heureux événement lui ouvre les portes des meilleurs orchestres du Québec où elle se signale comme soliste. Son talent exceptionnel et sa passion pour la musique de chambre lui valent d’être engagée, en 1988, à titre de premier violon du quatuor Arthur-Leblanc, alors en résidence à l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick. De 1993-1998, Julie joue pour Les Violons du Roy de Québec à titre de co-violon solo. Depuis septembre 2012, Julie est violon solo de l’Orchestre de chambre I Musici de Montréal. Julie Triquet joue sur un violon Giusepe Odoardi 1786, généreusement prêté par M. David B. Sela.

Programme

Brahms

Quatuor no 1, premier mouvement
Durée: approx. 10 minutes

Chostakovitch

Symphonie de chambre op. 110 a, 1er mouvement
Durée: approx. 6 minutes

Chostakovitch

Symphonie de chambre op. 110 a, 2e mouvement
Durée: approx. 3 minutes 30 secondes

Pärt

Fratres pour violon
Durée: approx. 10 minutes

Britten

Variations sur un thème de Frank Bridge, Var. 7, moto perpetuo
Durée: approx. 1 minute

Britten

Variations sur un thème de Frank Bridge, Var. 8, marche funèbre
Durée: approx. 3 minutes 30 secondes

Britten

Variations sur un thème de Frank Bridge, Var. 10, fugue et finale
Durée: approx. 8 minutes 30 secondes

Walker

Lyric pour orchestre à cordes
Durée: approx. 6 minutes 30 secondes

Chacon

Ashdla’ (commande d’I Musici)
Durée: approx. 8 minutes

Ligeti

Ramifications
Durée: approx. 8 minutes 30 secondes

Julie Triquet joue sur un violon Giuseppe Odoardi 1726, généreusement prêté par M. David B. Sela.
Amélie Benoit Bastien joue sur un violon Nicolas Vuillaume 1850 et avec un un archet Sartory, généreusement prêté par CANIMEX.
Annie Guénette joue sur un violon Josef Gagliano 1768 et avec un archet Lamy, généreusement prêté par CANIMEX.
Tim Halliday joue sur le violoncelle Kolia (2014) de Mira Gruszow et Gideon Baumblatt, généreusement prêté par M. David B. Sela.
Marieve Bock joue sur le violoncelle Maucotel Paris 1849 mis à sa disposition à titre gracieux par CANIMEX.