Andréanne Brisson Paquin | Crédit : Véronique Boncompagni

SPLENDEURS DU BAROQUE

Jeudi 14 avril 2022
14h et 19h30

sous la direction de
Jean-François Rivest
 
avec
Andréanne Brisson Paquin, soprano
Marjorie Tremblay, hautbois
Julie Triquet, violon
 
± 80 minutes
sans entracte

Tout le monde aime la musique baroque, son raffinement, ses harmonies délicieuses et ses airs émouvants.  Voici, à l’occasion de Pâques, un menu varié qui vous offre en même temps des extraits d’opéras de Haendel extraordinaires, interprétés par la magnifique Andréanne Brisson Paquin, mais également certaines des pièces les plus populaires de cette époque: qui ne connait pas le Canon de Pachelbel? Pour certaines pièces, notre soprano sera accompagnée par le hautbois de Marjorie Tremblay et par notre violon solo, Julie Triquet.

—    Jean-François Rivest

Jeudi 14 avril 2022, 14h et 19h30

À la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau

Réservez

Économisez encore plus

Découvrez nos tarifs spéciaux et nos abonnements à la carte

En savoir plus

Andréanne Brisson Paquin | Crédit : Véronique Boncompagni

Andréanne Brisson Paquin
Soprano

Biographie

Louangée pour sa voix chatoyante et expressive, Andréanne Brisson Paquin captive par ses interprétations justes et incarnées. Depuis son retour au Québec après des études au Conservatoire d’Amsterdam, Andréanne enchaîne les collaborations de musique de chambre et de concert. Parmi ses engagements récents, mentionnons ses concerts en Californie avec l’ensemble Musica Angelica sous la direction de Martin Haselböck où elle chantait la Cantate BWV 51 de Bach ansi que l’Oratorio de Noël. Au printemps 2017 et à l’automne 2019, elle a enregistré deux disques de duo de chambre du compositeur Agostino Steffani « O Barbaro amore » et « À son très-humble service » pour l’étiquette Musica Omnia sous la direction du claveciniste américain Jory Vinikour

Notons aussi sa partition à la version concert de l’opéra Parsifal au Festival de Lanaudière 2017 (un écuyer et une Fille-Fleur), concert dirigé par Yannick Nézet-Séguin. Elle a chanté au Festival de musique Baroque de Pontoise, au Festival Bach de Montréal, au Lufthansa Baroque Festival de Londres, au Festival Classica sous la direction de Jean-Claude Malgoire, aux Journées de musique ancienne de Berlin et avec l’orchestre de chambre I Musici sous la direction de Jean-Marie Zeitouni. Récemment, elle chantait au Festival International de Lanaudière, au Festival de musique baroque de Lamèque, au Centre d’Art Orford, au Rendez-vous musical de Laterrière et à Ahuntsic en Fugue et elle est la soliste invitée du Grand Choeur Classique dans Un Requiem Allemand à la Maison Symphonique. Elle se produit en récital à la salle Bourgie et à la Chapelle-Historique-du-Bon-Pasteur.

À l’opéra, elle charme dans le rôle titre de Lakmé dans « Lakmé, une histoire d’amour », celui de Mélisande de « Projet Pelléas » et Rosine de « Figaro Presto » trois productions originales de 1Opéra1Heure, un collectif d’artistes dont elle est cofondatrice.

Son premier disque « Serenate Napoletane », composé de sérénades italiennes inédites du 17e siècle d’Antonio Farina enregistré avec l’Ensemble Odyssée (Amsterdam) est publié chez PanClassics. Sur les scènes baroques, Andréanne chante avec les ensembles Arion, Pallade Musica, Musica ad Rhenum, Capriccio Stravagante, Caprice, Masques, les Voix humaines. À l’été 2013, elle instaure avec des amis les Rendez-Vous Baroque Français, une série de concerts intimes qui met en lumière l’amour qu’elle voue à la musique française des 17e et 18e siècles.

Ayant à coeur la diffusion de la musique nouvelle, elle participe régulièrement à la création d’oeuvres de compositeurs d’ici ou d’ailleurs. En France, elle a chanté le rôle du Spectre dans l’opéra de Frédéric Verrières The Second Woman qu’elle a joué à l’opéra de Reims, Caen et Besançon avec l’Ensemble Court-Circuit. Elle chante le rôle de Zana dans l’opéra pour enfants Les Habits de l’Empereur produit par la compagnie montréalaise Vox Populi et aussi le rôle de la Kolorature de l’opéra Kopernikus du compositeur québécois Claude Vivier. En octobre 2013, elle participe à la création de la Cantate pour un fleuve du compositeur québécois Gabriel Thibaudeau pour le 150e anniversaire de la ville de Beauharnois. Le compositeur québécois Maurice du Bergé a composé une cantate pour elle avec ensemble baroque. Ce concert a été présenté par le conseil des Arts de Montréal en 2016. En 2017, le compositeur Éric Champagne compose pour elle et les Rendez-vous baroque Français une cantate pour souligner le 375e anniversaire de la ville de Montréal et le compositeur Jonathan Goulet compose pour elle et Pallade Musica In the Stillnesss of the trees, présenté en collaboration avec le Festival Montréal Baroque et Code d’Accès.

Lauréate de nombreux prix nationaux et internationaux, elle a remporté le prix Audience favorite à la Mary Trueman Song Competition de New York 2016, le 2e prix au Concours National de musique, au concours Eckhardt-Gramatté (pour la musique canadienne et contemporaine), le Prix d’excellence Guy-Soucie 2013, le 2e prix au Concours International de Musique de Chambre de Lyon 2013 avec le pianiste Michel-Alexandre Broekaert, le Prix de la Fondation des Amis de Francis Poulenc ainsi que le Prix Duo avec le pianiste Francis Perron à la Joy in Singing Competition de New York. En 2012, elle était finaliste au Concours Musical International de Montréal et a chanté avec l’Orchestre Symphonique de Montréal sous la direction d’Alain Trudel.

Marjorie Tremblay | Crédit : Julie Artacho

Marjorie Tremblay
Hautbois

Biographie

Marjorie Tremblay est diplômée du Conservatoire de musique de Montréal, où elle a étudié avec Bernard Jean et Lise Beauchamp.  Elle y a aussi complété un Concours en Musique de chambre, obtenant le Prix avec Grande Distinction, avant de poursuivre une Maîtrise à l’Université DePaul à Chicago sous la tutelle de Eugene Izotov. Boursière à plusieurs reprises du Conseil des Arts du Canada, elle a eu la chance entre autres de participer au Festival Kent Blossom en Ohio lors duquel elle a joué avec l’Orchestre symphonique de Cleveland.  Elle a aussi participé à l’Académie du Festival de Lucerne sous la direction artistique de Pierre Boulez.

Marjorie occupe de poste de deuxième hautbois à l’Orchestre Métropolitain depuis 2008.  Active sur la scène musicale québécoise, elle se joint régulièrement à plusieurs ensembles québécois, notamment les Violons du Roy, avec qui elle s’est produite dans les plus grandes salles d’Europe et des États-Unis, comme la Philharmonie de Berlin et le Carnegie Hall.  Comme soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre Métropolitain et les Violons du Roy. 

Pédagogue dévouée et avide de partager son enthousiasme pour la musique, Marjorie enseigne le hautbois au Collège Notre-Dame à Montréal. 

Julie Triquet | Crédit : Laurence Leclerc

Julie Triquet
Violon

Biographie

Dès l’âge de trois ans, Julie s’initie à l’étude du violon, sous la direction du professeur Claude Létourneau, puis elle poursuit son apprentissage au Conservatoire de musique de Québec. Plus tard dans son cheminement, elle bénéficie de trois bourses annuelles de perfectionnement du Conseil des Arts du Canada qui lui permettent d’accéder au prestigieux Institut Curtis de Philadelphie aux États-Unis. Elle y travaille sous la direction des maîtres David Cerone et Aaron Rosand. Durant ses études à Philadelphie, elle se voit décerner le très convoité prix Sylva-Gelber du Conseil des Arts du Canada. En 1982, Julie gagne le premier prix du concours de l’Orchestre Symphonique de Montréal. Cet heureux événement lui ouvre les portes des meilleurs orchestres du Québec où elle se signale comme soliste. Son talent exceptionnel et sa passion pour la musique de chambre lui valent d’être engagée, en 1988, à titre de premier violon du quatuor Arthur-Leblanc, alors en résidence à l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick. De 1993-1998, Julie joue pour Les Violons du Roy de Québec à titre de co-violon solo. Depuis septembre 2012, Julie est violon solo de l’Orchestre de chambre I Musici de Montréal. Julie Triquet joue sur un violon Giusepe Odoardi 1786, généreusement prêté par M. David B. Sela.

Programme

Purcell

Fantasia 3 parts upon a ground Z. 731, en ré majeur         

Bach

Cantate BWV 21, Sinfonia et Aria : Seuftzer Tränen             

Handel

Amadigi di Gaula, Acte I, Scene IV: Aria-Largo Ah! spietato!           

Bach

Concerto Brandebourgeois no 3 en sol majeur (Mouv. II : Concerto Italien BWV 971-II, transcrit. pour violon Jean-François Rivest)

Handel

Berenice, Regina d’Egitto, Acte III, Chi t’intende, o cieca, instabile   

Handel

Semele, Myself I shall adore               

Bach

Passacaille en do mineur BWV 582 (transcr. B. Labadie)     

Bach

Suite pour orchestre no 3, Aria 

Pachelbel

Canon à trois parties 

Julie Triquet joue sur un violon Giuseppe Odoardi 1726, généreusement prêté par M. David B. Sela.
Amélie Benoit Bastien joue sur un violon Nicolas Vuillaume 1850 et avec un un archet Sartory, généreusement prêté par CANIMEX.
Annie Guénette joue sur un violon Josef Gagliano 1768 et avec un archet Lamy, généreusement prêté par CANIMEX.
Tim Halliday joue sur le violoncelle Kolia (2014) de Mira Gruszow et Gideon Baumblatt, généreusement prêté par M. David B. Sela.
Marieve Bock joue sur le violoncelle Maucotel Paris 1849 mis à sa disposition à titre gracieux par CANIMEX.